mardi 29 octobre 2013

Dermaroller #3, VISAGE~1, mon expérience, mes photos !

Il est vraiment temps que je parle un peu de mon expérience personnelle avec le dermaroller. C'est quand même un des sujets principaux que je souhaite aborder sur ce blog. J'ai effectué ma toute première tentative en février 2013 et j'ai arrêté en mai. Pourquoi ? J'étais juste très occupée. J'ai remis à plus tard. Ainsi je n'ai pratiqué que pendant trois mois seulement, et pas de manière suffisamment régulière. J'ai finalement repris le traitement le 30 septembre dernier. Voici donc le récit d'un parcours initiatique en dermaneedling vers un objectif clairement assumé et baptisé, selon ma vision du monde, la renaissance de la peau !


❧ Dermaroller #3

Visage ~1, Mon expérience, mes photos

Si vous me rejoignez seulement maintenant, et si vous souhaitez ne pas en perdre une miette, vous trouverez mes précédents articles concernant le dermaroller ici :

Ces trois mois passés à expérimenter le dermaneedling au début de l'année 2013 n'ont pas été vains. J'ai pu tester différentes longueurs d'aiguilles, diverses largeurs de rouleaux (classique, étroit ou en ligne), mettre au point une organisation, des gestes, une manière de travailler avec mes rouleaux et un protocole personnalisé qui me conviennent parfaitement.

Avant de commencer, voici un petit résumé des problèmes de peaux que le dermaroller peut améliorer voire corriger

rides
teint de peau inégal
vergetures
cicatrices chirurgicales
perte d'élasticité/ dommages dus au soleil
veines dilatées
perte de cheveux
hyperpigmentation/hypopigmentation/mélasma
cellulite 


Intéressant, n'est-ce pas ?
Alors voyons d'un peu plus près comment peut se vivre une première expérience en dermaneedling
 
Le test des différents outils de dermaneedling

Vous trouverez tous les modèles de dermaroller dont je parle ci-dessous dans la boutique de Sarah Vaughter. C'est là que j'achète tout mon matériel. 

Au départ, j'ai bien sûr commencé par tester les rouleaux avec des aiguilles courtes : le 0.2 mm et le 0.5 mm. 

Le rouleau (classique) de 0.2 mm atteint seulement l'épiderme. Il est destiné à favoriser la pénétration des produits, je ne l'utilise jamais. Il est pourtant intéressant. Car il peut être utilisé 1 jour sur 2 et améliorer l'efficacité des cosmétiques. Mais dans le déroulement de mes rituels, il représenterait une charge supplémentaire et je ne souhaite pas l'intégrer. 
❧  Mon rouleau (étroit) de 0.5 mm atteint le derme. Il favorise la pénétration des cosmétiques mais aussi la production de collagène. Il peut être utilisé 2 à 3 fois par semaine. Comme il est peu large, il très utile pour le contour des yeux. En effet, il serait dangereux d'utiliser un dermaroller large et avec des aiguilles longues au-delà de l'os orbital car le risque de blesser le globe oculaire serait grand. Le 0.5 millimètre étroit permet de travailler dans cette zone, tout en respectant la limite de l'os orbital en toute sécurité. Je m'en sers cependant uniquement les soirs où j'effectue ma séance de dermaneedling sur le visage.
Le 1 mm atteint bien sûr le derme. Il favorise la pénétration en profondeur des cosmétiques et la production de collagène. C'est celui que j'utilise pour le visage. Avec cette longueur, les séances doivent avoir lieu tous les 14 jours au maximum. C'est un bon rythme pour moi. J'ai testé le 1.5 mm mais il est plus difficile à utiliser car la pénétration est plus profonde et le traitement est donc plus douloureux. Et puis avec le 1.5 mm, il faut attendre 3 semaines pour recommencer. Le rythme d'une semaine sur deux avec le rouleau d'1 mm me convient mieux pour le moment
Je possède un rouleau d'1.5 mm. Il me sert toutes les 3 semaines mais... Pas pour le visage ! J'en parlerai plus tard
J'ai également un rouleau avec une ligne unique et un dermastamp, tous deux avec des aiguilles de 2 mm de long. Sarah Vaughter ne vend pas d'aiguilles de plus de 2 mm. Je me sers du rouleau à une seule ligne pour insister sur la ride du lion (le 11 entre les deux sourcils). Et avec le dermastamp, je travaille la ride du lion, les sillons naso-géniens, l'ovale du visage, une cicatrice ancienne sur l'arcade sourcillière et des cicatrices récentes (moins d'un an) qui correspondent à des zones où des naevus dermiques ont été enlevés au scalpel par une dermatologue. J'ai également un melasma (masque de grossesse) sur le front.
Comme vous le voyez, j'ai un terrain expérimental intéressant et pas mal de choses à tester rien que sur le visage ! C'est comme cela que je vis les choses. Comme une expérience. Je fais ma séance, je m'applique, je teste des rouleaux de largeur différentes, des aiguilles plus ou moins longues et mon  dermastamp sur certaines zones. Puis dans les jours qui suivent j'observe le résultat de ce travail.

Bon. Tout cela est très intéressant mais... Cela fait quel effet de se percer 10000 micro trous sur le visage ? 

 Est-ce difficile, est-ce douloureux ?

Eh bien... Je n'ai pas l'intention de vous raconter des sornettes. Lorsque je sais que c'est le jour J, c'est-à-dire le jour où je dois faire ma séance, je traîne un peu la patte. Je n'ai pas envie d'y aller. D'abord parce qu'il faut que je me dégage un créneau horaire assez large le soir, 1 h environ. Ensuite parce que ce n'est pas une partie de plaisir, disons les choses honnêtement. C'est loin d'être insupportable mais c'est tout de même un peu douloureux. Ce qui ne veut rien dire en soi car chacun vit et ressent les choses à sa manière. Chacun doit faire sa propre expérience et estimer les choses selon soi-même. Ce que je dis là est donc valable pour moi uniquement. Mais il y a...

Des zones plus sensibles que d'autres
Et je les appréhende! Il s'agit du front, par lequel je commence, de l'arrête et des ailes du nez et du dessus de la lèvre supérieure. Les joues, à côté, c'est de la rigolade ! Et le cou aussi. Au départ, je faisais le visage et le cou le même jour. Mais j'avais tendance à aller un peu vite sur les zones les plus compliquées et mon travail manquait d'application. Désormais, je dermaneedle* mon visage un soir, et le cou le lendemain. J'ai ainsi le temps de dermaroller**  mon visage soigneusement, dans sa totalité et avec un maximum d'application et de concentration.
La crème anesthésiante 
La première fois que j'ai tenté le rouleau d'1.5 mm sur le visage, j'ai décidé d'utiliser une crème anesthésiante. Car je trouvais que le 1mm était déjà assez pénible comme cela. Je n'avais pas envie de me torturer inutilement. Ces crèmes ont pour principe actif la lidocaïne. Elles s'appellent Dr Numb ou EMLA. Mais je n'ai pas trouvé la crème anesthésiante suffisamment efficace sur les zones sensibles pour être convaincante. Elle doit être posée sur la peau 45 minutes à 2 heures avant la séance et il faut la couvrir d'un film plastique... Peu commode sur le visage. C'est trop de contrainte pour une efficacité relative. Je préfère m'en passer et me contenter du rouleau d'1 mm. Il faudra que j'essaie d'endormir la peau avec des poches de glace. Il paraît que cela fonctionne bien.

Dans quel état est la peau après la séance ?

Il peu y avoir quelques petits points de sang sur le visage, mais avec le rouleau d'1mm ils sont peu nombreux et très épars. Les points de sang sur mes photos n'ont pas été provoqués par mon rouleau d'1 mm mais par mes rouleaux et dermastamp de 2 millimètres. Je vous montre en espérant que cela ne vous paraîtra pas trop terrible car ce n'est vraiment pas grand chose. 



Sur ces échantillons, les points de sang ont séché. Au moment où j'ai voulu prendre mon visage en photo, j'étais en panne de batterie. Il a fallu attendre quelques minutes qu'elles se recharge !


Ensuite, j'ai nettoyé mon visage sous la douche, avec de l'eau tiède uniquement et je l'ai laissé sécher à l'air libre, selon les instructions de Sarah Vaughters. Pas de savon, pas de serviette pour éviter tout risque d'infection.





La peau inflammée est rougie mais propre et nette ! A ce moment là j'ai un peu chaud. J'applique aussitôt la crème Infadolan recommandée par Sarah Vaughter.

Cliquez sur la photo pour accéder à la boutique en ligne


Il s'agit d'une pommade. Elle contient de la vitamine A dans sa forme non acide, le rétinyl atate, qui n'irrite pas la peau quand elle est ouverte. L'infadolan est indiqué pour les brûlures au premier degré.  Il contient également de la vitamine D2, l'ergocalciférol, qui accélère la guérison de la peau.


Et le lendemain matin...

La nuit a été agitée avec les enfants. Est-ce cela qui me donne cette drôle de tête ? Un peu mais pas seulement. J'ai la peau rougie de manière assez inégale, les zones particulièrement rouges étant celles traitées au dermastamp. Je vais prendre ma douche, suivre mon rituel post dermaneedling et prendre quelques photos.




La peau est encore rouge mais beaucoup moins. La sensation de chaleur a disparu depuis longtemps. La peau requiert un traitement très doux pendant 48 heures après utilisation d'aiguilles d'1 mm et plus. Il convient d'éviter d'exposer la peau au soleil et et, le cas échéant, de protéger sa peau avec un chapeau et un écran solaire à SPF très élevé. Une peau dermarollée exposée au soleil pourrait subir d'importants problèmes d'hyperpigmentation. Ce qui est évidemment tout le contraire de l'effet recherché dans le dermaneedling.

Cependant, le mieux est encore d'éviter de sortir. Les écrans solaires contenant de l'oxyde de zinc sont très asséchants et la peau fraîchement dermarollée nécessite beaucoup d'hydratation. En outre, l'oxyde de zinc a des propriétés anti-inflammatoires. Or, le but du dermaneedling est justement de créer une inflammation pour stimuler la réparation de la peau et donc la production de collagène. Les écrans solaires à base d'oxyde de zinc sont donc déconseillés.

Dans tous les cas, il ne faut pas appliquer d'écran solaire sur une peau tout juste dermarollée et donc "ouverte". Il faut au minimum attendre le lendemain. C'est pour cette raison que j'effectue toujours mes séances le soir, et jamais le matin. 


J'arrête cette séance de dermarolling ici. La suivante aura lieu dans 15 jours. J'espère que l'article vous aura plu et surtout qu'il aura pu apporter un peu d'aide aux personnes qui cherchent des informations sur le dermarolling.



            Et vous ? Vous avez testé ? Avez-vous eu mal ? Comment vivez-vous cela ?        


*dermaneedler, **dermaroller : Je garde ces deux néologismes pour les publications à venir. Dermaneedler et dermaroller sont deux verbes bien commodes car dire tout le temps pratiquer le dermaneedling ou le dermarolling c'est lourdingue, on est bien d'accord !


Essentiellement Vôtre
Nine



N.B. ATTENTION, je ne conseille à personne de suivre mon exemple. Je ne fais que partager  mon expérience personnelle. Pour dermaroller soi-même, il est impératif de lire et de comprendre la totalité des instructions de Sarah Vaughter, évidemment de les mettre en application et de prendre tous les renseignements et avis nécessaires auprès d'un professionnel de santé. Un dermarolling qui ne serait pas fait dans les conditions indispensables d'hygiène et de sécurité engendrerait des risques non négligeables d'infection.


Certains dermatologues proposent des séances de dermaneedling et pour une parfaite sécurité, il est préférable de s'en remettre à eux. Pour ma part, ce n'était pas envisageable. C'est pourquoi j'ai souhaité faire mon dermaneedling moi-même à la maison. Je partage mes expériences mais je n'incite personne à faire de même. Chacun est libre de ses actes et en est totalement responsable. Merci de votre compréhension.


4 commentaires:

  1. bonjour ai commande derrller 1mm pour levres et yeux puis je faire tout le visage avecmerci

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Sylvie,

    Je vous prie d'excuser ma réponse tardive, je n'avais pas vu votre commentaire. J'utilise également un dermaroller d'1mm. Pour ce que je sais, on ne peut pas dermaroller les lèvres, seulement le contour des lèvres mais c'est une zone particulièrement douloureuse donc une crème anesthésiante est recommandée sur le site de Sarah Vaughter. Ensuite, pour la zone des yeux, il faut s'arrêter à l'os orbital et ne pas roller les paupières supérieures et inférieures car le risque de blesser le globe oculaire serait très grand.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Ninessie,
    Je viens de rédiger un article pour présenter à mes lecteurs sur testatoto.fr
    Merci de ce reportage très complet auquel je n'ai pas manqué de renvoyer.
    Je n'arrive pas à trouver une information complémentaire, que vous connaîtrez peut-être. Cette technique et le matériel associé est-il soumis à une autorisation de vente sur le marché français? Si vous ne savez pas la réponse, avez-vous une idée d'un site où je pourrais la rechercher?
    Merci de votre aide, et de toutes vos précieuses informations sur ce blog, au sujet du dermoneedling

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Frédéricque,

    Je prends connaissance de votre message seulement maintenant. D'où ma réponse très tardive. On trouve facilement des dermarollers en France sur plusieurs site et je n'ai donc jamais douté que la vente en soit autorisée mais je n'ai aucune information juridique sur ce point. Vous pourriez éventuellement poser directement la question à Sarah Vaughter qui tient la boutique où j'achète le matériel. Je pense qu'elle doit avoir la réponse à votre question. Son adresse est : sarah@owndoc.com.

    Bonne journée :-)

    RépondreSupprimer